L'acquisition de la Louisiane par les Etats-Unis

L'acquisition de la Louisiane par les Etats-Unis


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

  • Lettre de Robert Livingston à Joseph Bonaparte.

  • Le dernier lever des couleurs : La cession de la Nouvelle-Orléans.

    ANONYME

Fermer

Titre : Lettre de Robert Livingston à Joseph Bonaparte.

Auteur :

Date de création : 1804

Date représentée : 08 mars 1804

Dimensions : Hauteur 0 - Largeur 0

Technique et autres indications : Lettre de Robert Livingston à Joseph Bonaparte à propos de l’acquisition de la Louisiane par les Etats-Unis, en date du 8 mars 1804.

Lieu de Conservation : Musée franco-américain du château de Blérancourt (Blérancourt) site web

Contact copyright : © Photo RMN-Grand Palais - G. Blotsite web

Référence de l'image : 02-012015 / 50D4

Lettre de Robert Livingston à Joseph Bonaparte.

© Photo RMN-Grand Palais - G. Blot

Le dernier lever des couleurs : La cession de la Nouvelle-Orléans.

© Photo RMN-Grand Palais - G. Blot

Date de publication : juillet 2008

Contexte historique

La Louisiane entre France et Espagne

Les deux événements documentés ici sont la cession de La Nouvelle-Orléans le 20 décembre 1803 et la cérémonie officielle actant le transfert de souveraineté, le 10 mars 1804. Aux Américains qui souhaitent acheter La Nouvelle-Orléans pour garantir le commerce entre mer et Mississipi, les Français répondent qu’ils vendront la Louisiane entière, pour la somme impressionnante de 80 millions de francs (15 milliards de dollars).

Analyse des images

L’adieu à la Nouvelle-Orléans

La lettre de Livingston a été conservée dans les archives et déposée à Blérancourt, au musée national de la Coopération franco-américaine. La missive s’attarde surtout sur les détails financiers de la cession, notamment sur le crédit par la banque Baring de la somme de 60 millions de francs – le reste étant « dû » par la France au titre des réparations pour les dommages causés aux intérêts américains lors de la « quasi-guerre », ce conflit maritime larvé entre la France et les Etats-Unis qui dura de 1798 à 1800.
Le dernier lever des couleurs, accroché sur les cimaises du même musée, présente une composition originale, qui laisse une large place au bleu du ciel (moitié supérieure) et à celui du fleuve Mississipi et de son entrée en contact avec la mer (quart médian). Au loin, au pied des montagnes qui barrent l’horizon, on distingue quelques traces de l’installation française. Sur le fleuve, les bateaux en file indienne soulignent que la ville est avant tout un comptoir commercial. Au premier plan est dessinée la scène principale, dans un décor champêtre qui évoque à peine le Nouveau Monde. On distingue en plongée des soldats français et américains abaissant le pavillon tricolore et hissant la bannière étoilée. Les deux emblèmes nationaux flottent au vent, symbolisant l’amitié retrouvée des deux grandes nations.

Interprétation

Les Français contribuent à la construction des Etats-Unis

James Monroe et Robert Livingston, envoyés spéciaux du président Jefferson à Paris, ne pouvaient qu’accepter la proposition de Napoléon. La cession des territoires du Mississipi doublerait tout bonnement la surface des Etats-Unis de l’époque (et équivaut aujourd’hui à un peu moins d’un quart du territoire) ! Le 30 avril 1803, le traité est signé à Paris ; lors de la fête nationale du 4 juillet, Jefferson l’annonce à ses concitoyens. Les Etats-Unis commencent la conquête de l’intérieur du continent et cherchent à repousser la frontière toujours plus à l’Ouest. La France y gagne les moyens de s’armer pour guerroyer contre les Britanniques et, croit-elle, le soutien des Américains contre leur ancienne métropole. Mais elle y perd aussi toute prétention sur le continent nord-américain et abandonne à leur sort les Français installés en Amérique du nord.

  • Consulat
  • drapeau tricolore
  • Etats-Unis
  • Bonaparte (Napoléon)
  • Jefferson (Thomas)

Pour citer cet article

Alexandre SUMPF, « L'acquisition de la Louisiane par les Etats-Unis »


Video: Texas Talks Clip - Bernardo de Galvez: Spain at War and the Acquisition of Louisiana


Commentaires:

  1. Tejora

    La phrase incomparable, j'aime beaucoup :)

  2. Alcyoneus

    Une femme veut beaucoup, mais d'un seul homme, et un homme en veut un, mais de plusieurs femmes. Vous avez une bonne chose : ça divise les fesses aux fesses. Femme fréquente Fumer est nocif, boire est dégoûtant, mais mourir en bonne santé est dommage L'inscription sous le robinet d'arrêt dans le métro : Si vous vous sentez paresseux pour y aller, tirez ce putain de truc. Nous n'avons pas fini dans les universités !!! Ne déboutonnez pas votre pantalon sur la bouche de quelqu'un d'autre ! Win95 est comme un avion - malade, mais nulle part où aller ! Fenita putain de comédie

  3. Yor

    Je pense que vous admettez l'erreur. Je peux le prouver.

  4. Bartholomew

    Tout ce qui a dit la vérité. Discutons de cette question.

  5. Patli

    À mon avis, vous avez été induit en erreur.

  6. Nikogul

    Je pense que des erreurs sont commises. Nous devons discuter.

  7. Talar

    Je pense que tu as tort. Je suis sûr. Discutons.



Écrire un message