Luce II DD-522 - Histoire

Luce II DD-522 - Histoire



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Luce II
( DD-522 : dp. 2 050 ; 1. 376'6"; b. 39'4", dr. 13'9", s. 35,5 k.; cpl. 329; a. 55", 1040rrm., 720mm. , 821" tt., 6
dcp., 2 dct. cl. Fletcher)

Le deuxième Luce (DD-522) a été posé par Bethlehem Steel Co., Staten Island, N.Y., le 24 août 1942
Lancé le 6 mars 1943 ; parrainé par Mme Stephen B.
Luce, Jr., épouse du petit-fils du contre-amiral Stephen B. Luce et commissionnée le 21 juin 1943, Comdr. D. C. Varian aux commandes.

Luce a quitté New York le 5 septembre 1943 et est arrivé à Bremerton, Washington, le 28 octobre après avoir visité Trinidad et San Diego en route. Elle est partie le 1 novembre pour le Port de Perle comme garde d'avion pour l'Entreprise et a conduit des exercices de formation d'artillerie dans les Hawaïens jusqu'au 29L novembre. Elle a fumé alors à l'Île d'Adak, Alaska et du 30 novembre 1943 au 8 août 1994 s'est engagée dans la patrouille et les devoirs ASW de l'Île d'Attu. Ce devoir a été interrompu le 1er février 1944 quand il a navigué de Massacre Bay, Attu, pour participer au bombardement du 3 au 4 février de Paramushiru, îles Kouriles, avec la TF 94 de la Force du Pacifique Nord. Surprenant complètement l'ennemi, l'attaque réussit ; Luce a détruit un cargo ennemi de 2 000 tonnes dans l'action. Elle est revenue à Attu le 4 février et a repris la patrouille. Le 13 juin, Luce, avec la TF 94, bombarde Matsuwa, les îles Kouriles, et le 26 juin attaque Paramushiru une deuxième fois. Le 8 août, le navire est parti pour San Francisco et est revenu à Pearl Harbor le 31 août.

En tant qu'unité de la Southern Attack Force., TF 79, Luce est sortie de Manus, îles de l'Amirauté, le 11 octobre. Pendant l'assaut sur Leyte du 20 au 23 octobre, elle a patrouillé en dehors des zones de transport LST fournissant la couverture aérienne. Entre le 1er novembre et le 12 décembre, le Luce a navigué de Manus à la Nouvelle-Guinée sur des patrouilles d'escorte et d'ASW et du 12 au 27 décembre a soutenu les opérations de débarquement du golfe de Houn, en Nouvelle-Guinée. Le 27 décembre elle est devenue en route pour filtrer des transports pour l'attaque et les atterrissages de Lingayen.

Elle est arrivée dans la zone d'opération le 9 janvier 1945, criblant les LST et le transport de la TF 78. Elle a repoussé tous les attaquants ennemis et a réussi à en éclabousser un le 11. En compagnie de 40 autres navires, le Luce est parti le 11 janvier et s'est frayé un chemin victorieux jusqu'à la baie de San Pedro le 16 janvier. « le navire a patrouillé dans cette zone jusqu'au 25 janvier, date à laquelle il est parti pour l'assaut de San Antonio, dans la région de San Felipe, à Luzon. Cette opération a été sans opposition et Luce a navigué pour Mindoro le 30 janvier. Du 2 février au 24 mars elle a escorté des convois de réapprovisionnement entre la Baie Subic et la Baie de San Pedro.

Le 24 mars, il quitta Leyte en escortant et en tamisant les unités de la TF 51 qui débarqua de l'artillerie lourde sur Keise Shima pour le soutien des principaux débarquements sur Okinawa. Elle a été détachée de ce devoir le 1er avril et a assigné le devoir de piquetage de radar de Kerama Retto. Vers 7 h 40, le 4 mai, des avions suicides japonais ont été interceptés par la patrouille aérienne de combat dans les environs de Luce. Deux avions ennemis évitent les intercepteurs et l'attaquent par bâbord. Luce en a éclaboussé un, mais l'explosion de la bombe qu'il transportait a causé une panne de courant. Incapable de porter ses armes à feu à temps, elle a été frappée dans la section arrière par le deuxième kamikaze. Le moteur bâbord a été éteint, les locaux techniques inondés et le gouvernail coincé. À 8 h 14, Luce a pris une lourde gîte à tribord et l'ordre d'abandonner le navire a été passé. Quelques instants plus tard, elle a glissé sous la surface dans une violente explosion emportant avec elle 126 de ses 312 officiers et hommes.

Luce a reçu cinq étoiles de bataille pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale.


Kamikaze Images

Les LSM(R)s (Landing Ship, Medium (Rocket)) étaient considérés comme « intérimaires » comme l'indique le titre du livre, car ils constituaient une mesure provisoire de la marine américaine pour fournir un bombardement rapproché lors des invasions amphibies de la guerre du Pacifique. Douze LSM(R), numérotés consécutivement à partir de LSM(R) 188 à LSM(R) 199, ont été construits comme les premiers navires de fusée de la Marine en convertissant les coques de LSM (Landing Ship, Medium). Un LSM(R) typique avait 6 officiers et 76 hommes de troupe. Tous ces LSM(R) ont participé aux batailles d'Okinawa de mars à juin 1945. Des avions kamikazes japonais ont frappé et coulé trois LSM(R) et en ont gravement endommagé un autre. Les attaques contre ces quatre LSM(R) ont fait 60 morts et 89 blessés (d'après les chiffres fournis dans le livre, d'autres sources peuvent avoir des chiffres légèrement différents).

Ron MacKay, Jr., est historien pour l'Association LSM-LSMR. Ce livre extrêmement bien documenté est sûrement l'histoire définitive des LSM(R) avec de nombreuses notes de chapitre et une bibliographie. L'histoire comprend également de nombreuses photographies historiques, un glossaire, quatre annexes et un index. Le récit se lit généralement comme des journaux de bord de navire, des rapports d'action et d'autres documents officiels de la Marine, qui constituent les principales sources de cette histoire. Cependant, le livre contient de nombreuses citations d'anciens combattants du LSM(R) qui donnent de la couleur à la description plutôt technique et sèche par endroits.

Ce sont les attaques kamikazes qui suscitent le plus d'enthousiasme dans ce livre, car les bombardements côtiers ne sont guère plus qu'une liste du nombre de roquettes tirées par chaque navire avec une description générale des dommages causés. Les trois LSM(R) coulés par des avions kamikazes étaient stationnés dans des stations de piquetage radar entourant Okinawa, et les destroyers des mêmes stations ont également été touchés et coulés par des attaques kamikazes japonaises. Beaucoup se sont demandé pourquoi les LSM(R) ont été affectés à des postes de piquetage radar dangereux où des avions kamikazes ont heurté de nombreux navires (p. 131) :

Inexplicablement, les LSM(R) patrouillaient souvent les lignes de piquetage radar avec des roquettes armées dans des lanceurs, bien qu'aucun n'ait jamais été tiré contre des avions japonais. Matelot 1c Lawrence Willison sur LSM(R) 197 a rappelé, d'ailleurs, "Le Capitaine ne nous a à aucun moment expliqué pourquoi nous étions utilisés pour ce devoir. Je pense que tout le monde savait que nous n'étions pas faits pour ce genre de service, mais nous avons tous fait de notre mieux pour faire notre part avec cette mission.

Le 21 avril 1945, deux semaines après que les LSM(R) aient commencé à patrouiller dans les stations de piquetage radar, le commandant Dennis Francis, qui commandait la LSM Flotilla Nine qui comprenait les douze LSM(R), a écrit l'objection formelle suivante à la poursuite du déploiement de LSM(R) vers les postes de piquetage radar (p. 144-5) :

Les LSM(R) de ce commandement ont été affectés pour agir en tant que navires d'appui-feu de piquetage radar pendant la période couverte par ce rapport. On pense que ces navires ne sont pas particulièrement adaptés à cette tâche. Étant donné que leur fonction principale est de lancer des roquettes pendant les opérations d'invasion, il semble possible que les soumettre à une attaque aérienne continue leur permette d'exercer une fonction secondaire pour affecter sérieusement leur capacité à remplir leur fonction principale en raison de dommages mécaniques. Ils n'ont pas une grande valeur dans le combat contre les avions ennemis en raison de l'absence de radar de recherche aérienne, d'un contrôle directeur adéquat pour la batterie principale de 5 & quot/38 et d'un contrôle directeur pour les canons simples de 40 MM. Le fait qu'ils transportent une quantité considérable de roquettes hautement explosives dans leurs magasins présente un autre danger. En général, on pense qu'il faut éviter de les affecter à cette tâche car cela signifie risquer l'exploitation d'un nombre limité de péniches de débarquement spécialisées dont la fonction principale coïncide davantage avec les opérations de contrôle. . . . Les LSM(R) devraient être utilisés plus fréquemment pour le harcèlement à la roquette et la patrouille rapprochée des plages ennemies, avant une attaque. Les LSM(R) ne devraient pas être utilisés comme navires d'appui-feu pour les piquets radar contre les aéronefs ennemis.

Malgré la recommandation ci-dessus, les LSM(R) sont restés en patrouille dans les postes de piquetage radar jusqu'au 21 mai 1945.

Les attaques kamikazes japonaises ont coulé trois LSM(R) à des postes de piquetage radar en seulement deux jours les 3 et 4 mai 1945. Un destroyer a également été coulé avec le LSM(R) à chaque poste de piquetage. Sur la base des informations fournies dans le livre, ce qui suit résume les naufrages des trois navires :

  • LSM(R) 195 - Coule le 3 mai 1945 à la Radar Picket Station 10 après avoir été touché par un avion kamikaze. 15 tués et 16 blessés. Destructeur Petit (DD-803) a également coulé à la même station de piquetage radar avec 30 tués et 79 blessés. Destroyer mouilleur de mines USS Salle d'Aaron (DM-34) a également touché avec 45 tués et 49 blessés.
  • LSM(R) 194 - Coule le 4 mai 1945 à la Station Radar Picket 1 après avoir été touché par un avion kamikaze. 14 tués et 23 blessés. Destructeur Morrison (DD-560) a également coulé à la même station de piquetage radar avec 159 tués et 102 blessés.
  • LSM(R) 190 - Coule le 4 mai 1945 à la Radar Picket Station 10 après avoir été touché par 3 avions kamikazes. 14 tués et 18 blessés. Destructeur Luce (DD-522) a également coulé à la même station de piquetage radar avec 149 tués et 96 blessés.

Les neuf autres LSM(R) qui n'ont pas coulé se sont également battus avec bravoure. Par exemple, LSM(R) 193 a reçu la Presidential Unit Citation pour ses actions courageuses le 11 mai 1945 (p. 186) :

Pour héroïsme extraordinaire contre les avions japonais ennemis dans l'une des actions les plus remarquables de la Seconde Guerre mondiale. Alors qu'il était à bord de la Radar Picket Station Fifteen au large d'Okinawa, engagé dans une tâche dépassant de loin celle pour laquelle il avait été conçu, en tant que membre d'une unité opérationnelle composée des destroyers, l'USS H. W. Hadley et USS Evans, et le LCS(L) 82, 83, et 84, elle a grandement contribué à repousser l'assaut écrasant de cent cinquante-six avions suicide japonais, qui ont tous été détruits le LSM(R) 193 détruit huit par son action individuelle. Lorsque l'USS H. W. Hadley avait été submergée par les avions ennemis, abandonnée par plus des deux tiers de son équipage et brûlait férocement et explosait depuis quinze minutes avec une perte totale de puissance, la LSM(R) 193, sans tenir compte de tous les risques, a courageusement accosté et a sauvé ce destroyer en éteignant le feu, et en plus, a sauvé la majorité de l'équipage et a remorqué le navire sinistré en toute sécurité jusqu'au port. Sa détermination et ses efforts courageux se sont ajoutés et étaient conformes aux plus hautes traditions du service naval des États-Unis.

LSM(R) 189 a reçu la mention élogieuse de l'Unité de la Marine pour ses actions au Radar Picket Station 14, où le destroyer Mannert L. Abele (DD-733) a été coulé après avoir été touché par un chasseur Zero portant une bombe et un ōka bombe planeur propulsée par fusée le 12 avril 1945 (p. 139) :

Pour son héroïsme exceptionnel au combat contre les avions japonais ennemis et les bateaux-suicides. Lors d'une patrouille agressive au large d'Okinawa, elle a engagé et détruit trois bateaux-suicides ennemis et a aidé d'autres navires à repousser une attaque aérienne déterminée. Plus tard, alors qu'elle était sur une station de piquetage radar engagée dans une tâche dépassant de loin son emploi prévu, alors qu'elle était en compagnie d'un destroyer et d'un autre LSM(R), sans couverture aérienne, elle a abattu avec succès trois des huit avions d'attaque. Lorsque le destroyer qui l'accompagnait a été violemment attaqué et coulé en moins de deux minutes, le LSM(R) 189 a procédé à toute vitesse pour ramasser les survivants. Tout en repoussant courageusement de nouvelles attaques au cours desquelles elle a elle-même été touchée par un avion suicide, elle a courageusement sauvé cent cinquante hommes de l'équipage du destroyer. Sa détermination et ses efforts courageux étaient conformes aux plus hautes traditions du service naval des États-Unis.

Au large de l'ouest d'Okinawa à l'aube du 29 mars 1945, LSM(R) 188 a été touché par un avion kamikaze transportant une bombe. L'attaque a fait 17 morts et 32 ​​blessés. LSM(R) 188 n'a vu aucune action de combat pour le reste de la guerre.


LSM(R) 188 au mouillage de Kerama Rett après le japonais
crash d'avion kamikaze et explosion d'une bombe le 29 mars 1945


Histoire de Luce, écusson familial et armoiries

Cette page Web ne montre qu'un petit extrait de notre recherche Luce. Plus d'informations sont incluses sous le sujet Early Luce History dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.

Sweat à capuche unisexe blason

Variations orthographiques de Luce

Les variantes orthographiques de ce nom de famille incluent : Luce, Lucet, Lucette et autres.

Premiers notables de la famille Luce (avant 1700)

Parmi le nom de famille notable à cette période se trouve Louis-René Luce, né à Paris vers 1695 et mort en 1774 et graveur. Il devient dessinateur de talent et travaille pour de nombreux orfèvres et orfèvres s'étant consacré à la gravure sur métal, il devient graveur du roi et travaille chez les imprimeurs royaux. Jean-Claude Lucet, né à Pont-de-Veyle en.
62 autres mots (4 lignes de texte) sont inclus sous le sujet Early Luce Notables dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.

Luce migration +

Certains des premiers colons de ce nom de famille étaient:

Les colons de Luce aux États-Unis au XVIIe siècle
  • Henry Luce, qui s'installe en Nouvelle-Angleterre en 1630
  • Thomas Luce, qui a débarqué à Charlestown, Massachusetts en 1644 [1]
Les colons de Luce aux États-Unis au XVIIIe siècle
  • Betty, Elijah et Joseph Luce tous, qui se sont installés à Boston en 1769
  • Richard Luce, arrivé au Mississippi en 1798 [1]
Les colons de Luce aux États-Unis au XIXe siècle
  • Charles Luce, qui a débarqué à San Francisco, Californie en 1850 [1]
  • J B Luce, arrivé à San Francisco, Californie en 1850 [1]
  • N V Luce, qui a atterri à San Francisco, Californie en 1855 [1]
  • A. J. Luce était houblonneur à Cazaville en 1891

Luce migration au Canada +

Certains des premiers colons de ce nom de famille étaient:

Luce Les colons au Canada au 19e siècle
  • Philippe Luce, forgeron à Bonaventure, Québec en 1871
  • John Luce était conseiller à Giande-Grève, Québec en 1871
  • Elias Luce était un agent à Fox River, Québec en 1871
  • Deforest et Asa Luce vivaient en Ontario en 1877
  • A. Luce a vécu en Ontario en 1877
  • . (D'autres sont disponibles dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.)

Migration de Luce en Australie +

L'émigration vers l'Australie a suivi les premières flottes de condamnés, de commerçants et de premiers colons. Les premiers immigrants comprennent :

Les colons de Luce en Australie au XIXe siècle

Migration de Luce en Nouvelle-Zélande +

L'émigration vers la Nouvelle-Zélande a suivi les traces des explorateurs européens, tels que le capitaine Cook (1769-1770) : d'abord les chasseurs de phoque, les baleiniers, les missionnaires et les commerçants. En 1838, la British New Zealand Company avait commencé à acheter des terres aux tribus maories et à les vendre aux colons. une nouvelle vie. Les premiers immigrants comprennent :


Luce II DD-522 - Histoire

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Alliés avaient un navire si malmené qu'il s'est détruit en détruisant presque quelque chose d'autre. Et oui, vous avez bien lu.

L'USS William D. Porter (DD-579) était un destroyer de classe Fletcher nommé en l'honneur du commodore William D. Porter, un officier de l'Union. La plupart l'appelaient simplement le "Willie Dee" - ce qui n'était pas censé être attachant.

Bien que typique de sa catégorie, il avait une réputation féroce. Partout où son équipage allait, les gens criaient : « Ne tirez pas ! Nous sommes républicains ! Ce qui n'était pas censé être drôle.

Tout a commencé en novembre 1943. L'USS Iowa se dirigeait vers l'Afrique du Nord, transportant une précieuse cargaison – le président Franklin Delano Roosevelt. Il devait assister aux conférences du Caire et de Téhéran avec Joseph Staline et Winston Churchill pour discuter d'un deuxième front contre l'Allemagne et le Japon.

Mais cela n'est peut-être jamais arrivé à cause du William D. Porter (WDP), commandé par le lieutenant-commandant Wilfred Aves Walter. Le 12 novembre, il quitte Norfolk pour rejoindre l'Iowa et deux autres navires. Malheureusement, ses marins n'ont pas réussi à lever l'ancre correctement.

C'est pourquoi il a déchiré un destroyer amarré. Des garde-corps, des supports de canot de sauvetage, le cabriolet du capitaine (un petit bateau-taxi) et d'autres équipements ont été arrachés de l'autre navire. Heureusement, personne n'a été blessé ou tué.

Quant au WDP, elle n'a même pas souffert d'une égratignure. À l'exception des mineurs à son ancre, c'est-à-dire. Mais c'était un présage des choses à venir… dès le lendemain, en fait.

Car le 13 novembre, le convoi de quatre navires a navigué sous des ordres stricts pour maintenir le silence radio. Avec les sous-marins allemands et japonais, la dernière chose que l'on voulait était de dévoiler sa position, quand…

BOOM! Ils étaient attaqués ! Le convoi a commencé ses manœuvres anti-sous-marines, zigzaguant et zigzaguant du mieux qu'il pouvait tout en essayant de repérer les redoutables… euh… Allemands ? Japonais? (Gasp !) Les deux !?

Nan. Les Américains. Le WDP, pour être précis. Une grenade sous-marine était tombée de sa poupe et avait explosé dans la mer agitée en contrebas. Mais qu'en est-il du mécanisme de sécurité? Ah oui, ça… ça n'avait pas été réglé.

Puis une vague monstre s'est abattue sur le WDP, emportant tout ce qui n'avait pas été arrimé, y compris un marin qui n'a jamais été retrouvé. La salle des machines a été inondée, ruinant une chaudière et forçant le navire à se détacher de sa formation jusqu'à ce qu'une autre soit activée. Walter a dû passer les prochaines heures à donner des mises à jour sur les réparations… par radio.

Heureusement, la foudre ne frappe pas deux fois au même endroit, non ? Tort. Parce que le 14 novembre, Roosevelt a demandé à voir une partie de la puissance de l'Iowa.

Alors ils ont lâché des ballons en l'air pour s'entraîner à la cible. La plupart ont été abattus par l'Iowa, mais pas tous. Certains ont dérivé vers le WDP… qu'est-ce qui pourrait mal tourner ?

Ceux sur le pont se sont bien conduits en abattant les ballons. En bas, cependant, c'était une tout autre affaire.

Pour impressionner davantage le président, la flottille a également effectué des exercices de torpillage. Lawton Dawson et Tony Fazio étaient responsables des torpilles du WDP, et comme il s'agissait d'un exercice, ils étaient censés retirer les amorces (charges explosives). Ils l'ont fait pour les torpilles 1 et 2. Dawson, cependant, a oublié la torpille 3 - qui a tiré à 14h36.

Vous voulez deviner quel navire ils ciblaient ?

"Capitaine?" demanda le lieutenant H. Seward Lewis. « Avez-vous donné la permission de tirer une torpille ? »

L'enfer s'est déchaîné. Lewis voulait avertir l'Iowa par radio, mais Walter, déjà en disgrâce, refusa. Sa solution consistait à utiliser des lampes de signalisation pour avertir l'Iowa, mais le signaleur a transmis le mauvais message : LE WDP EST EN CHARGE.

Les WDPLe signaleur a finalement compris : « MISSILE ! TOURNEZ À DROITE!"

Les Iowa n'a toujours pas compris, alors Walter a finalement rompu le silence radio… encore une fois.

Sauf que l'opérateur à bord du Iowa était un adepte du protocole, « Pourquoi brisez-vous le silence radio ! ? Identifiez-vous!"

Sur le pont, Roosevelt a demandé à ce que son fauteuil roulant se rapproche de la balustrade afin qu'il puisse mieux voir la torpille. Selon des témoins oculaires, les services secrets ont en fait dégainé leurs armes et l'ont visé.

Heureusement, l'opérateur n'était pas seul et les têtes plus pragmatiques ont prévalu. L'explosion a frappé à 14h40… manquant l'Iowa. Alors maintenant, toutes les armes étaient dirigées contre le WDP.

Qui à bord était un agent allemand ou japonais !? L'ensemble de l'équipage du WDP a été placé en état d'arrestation (une première dans l'histoire des États-Unis) et a été grillé pendant des jours jusqu'à ce que Dawson se brise finalement. Ils l'ont condamné à 14 ans de travaux forcés jusqu'à ce que Roosevelt intervienne et le libère.

L'affaire étant considérée comme un accident, le WDP a été envoyé aux îles Aléoutiennes. Elle a été affectée à la Force opérationnelle 94 à Unalaska à la base d'opérations navale de Dutch Harbor et à Fort Mears où elle ne pouvait pas faire de mal. Ou alors la pensée est allée.

(L'USS camouflé Lucie, DD-522 en 1944)

Ça a marché. Jusqu'au 31 décembre, c'est-à-dire lorsque le commandant de la base a organisé une fête pour les officiers et leurs familles. Le WDP faisait également la fête – c'est ainsi qu'un marin ivre s'est mis en tête de tirer avec l'un des canons de 5 pouces du navire. L'obus a atterri sur la cour avant du commandant, emportant son jardin de fleurs, et heureusement, rien ni personne d'autre.

Ils ont finalement remplacé Walter par le commandant Charles M. Keyes le 30 mai 1944. C'est probablement pourquoi le WDP a été autorisé à participer à la bataille d'Okinawa… où elle a accidentellement mitraillé l'USS Luce. Heureusement, elle s'est rattrapée en abattant cinq avions japonais.

Karma a finalement frappé de la manière la plus inhabituelle le 10 juin 1945. À 8 h 15, un bombardier en piqué Aichi D3A a filé vers le navire.

Le WDP a visé, tiré et raté – évidemment parce qu'il ne tirait pas sur une cible américaine.

(Un bombardier en piqué Aichi D3A1 « Val du porte-avions Akagi)

Heureusement, elle a échappé au kamikaze et son équipage a poussé un soupir de soulagement en le voyant s'écraser dans l'eau et disparaître. Malheureusement, l'avion a continué sous l'eau jusqu'à ce qu'il atteigne le fond du navire et explose.

Le WDP est sorti de l'eau, est retombé et a perdu de l'électricité lorsque des incendies ont éclaté. Les hommes ont passé trois heures à essayer de les éteindre lorsque le Willie Dee a commencé à chavirer, forçant l'équipage à abandonner le navire.

Étonnamment, personne n'a été gravement blessé ou tué. Ils ont même donné quatre étoiles de bataille au WDP !


11 U.S. Code § 522 - Exemptions

[1] Voir les notes sur l'ajustement des montants en dollars ci-dessous.

[5] Les allocations de chômage des chemins de fer sont couvertes par .

[6] sont généralement couverts par [maintenant 5301].

[11] Les allocations de chômage des chemins de fer sont couvertes par .

[12] sont généralement couverts par [maintenant 5301].

L'article 522 de l'amendement de la Chambre représente un compromis sur la question des exceptions entre la position prise dans le projet de loi de la Chambre et celle prise dans l'amendement du Sénat. Les montants en dollars spécifiés à l'article 522 (d) du projet de loi de la Chambre ont été réduits des montants contenus dans H.R. 8200 tel qu'adopté par la Chambre. Les États peuvent, en adoptant une loi, déterminer si les exonérations fédérales s'appliqueront comme alternative aux exonérations d'État en cas de faillite.

L'article 522 (c) (1) suit le projet de loi de la Chambre et prévoit que les créances fiscales libérables ne peuvent pas être perçues sur des biens exonérés.

L'article 522 (f) (2) est dérivé de l'amendement du Sénat limitant le débiteur à l'annulation des sûretés sans dépossession et non sur le prix d'achat.

Exemptions : L'article 522 (c) (1) de l'amendement de la Chambre adopte une disposition contenue dans le projet de loi de la Chambre selon laquelle les impôts libérables ne peuvent être perçus sur les actifs exonérés. Cela modifie la loi actuelle, qui permet la perception d'impôts libérables sur les biens exonérés, une règle suivie dans l'amendement du Sénat. Les taxes non libérables, cependant, continueront à [être] recouvrables sur les biens exonérés. Il est prévu que lors de la prochaine session, le Congrès réexaminera les exonérations de prélèvement actuellement contenues dans l'Internal Revenue Code [titre 26] en vue d'augmenter les exonérations à des niveaux plus réalistes.

La sous-section (a) de cette section définit deux termes : « 22 U.S.C. 1104 [1]
[1] Remplacé par .

Indemnités pour blessures ou décès dus à des risques de guerre, 42 U.S.C. 1717

Salaires des pêcheurs, des marins et des apprentis, 46 U.S.C. 601 [2]
[2] Remplacé par , 11109.

Prestations de retraite de la fonction publique, 5 U.S.C. 729, 2265 [3]
[3] Remplacé par .

Prestations de décès et d'invalidité de la Loi sur l'indemnisation des débardeurs et des travailleurs portuaires, 33 U.S.C. 916

Prestations aux anciens combattants , 45 U.S.C. 352(A) [5]
[5] Les allocations de chômage des chemins de fer sont couvertes par .

Pensions spéciales versées aux lauréats de la Congressional Medal of Honor, 38 U.S.C. 3101 [6]
[6] sont généralement couverts par [maintenant 5301].
et

Le homestead fédéral s'appuie sur des dettes contractées avant la délivrance du brevet, 43 U.S.C. 175.

Il peut également exonérer un intérêt sur un bien dans lequel le débiteur avait un intérêt en tant que locataire en totalité ou en copropriété dans la mesure où cet intérêt aurait été exempté de procédure en vertu du droit applicable en matière de non-faillite.

En vertu de l'article 541 proposé, tous les biens du débiteur deviennent la propriété de la succession, mais le débiteur est autorisé à exempter certains biens des biens de la succession en vertu de cet article. Les biens peuvent être exonérés même s'ils font l'objet d'un privilège, mais seule la partie non grevée des biens doit être prise en compte dans le calcul du « paragraphe (c) isole les biens exonérés des réclamations préalables autres que les réclamations fiscales (qu'elles soient libérables ou non), et autres que les demandes de pension alimentaire, d'entretien ou de soutien qui sont exclues de la décharge. La libération de la faillite n'empêche pas l'exécution des privilèges valides. La règle de Long v. Bullard, 117 U.S. 617 (1886), est acceptée en ce qui concerne l'exécution de privilèges valides sur les biens non exonérés ainsi que sur les biens exonérés. Cf. Louisville Joint Stock Land Bank c. Radford, 295 U.S. 555, 583 (1935).

Le paragraphe (c)(3) permet la perception d'impôts libérables sur les actifs exonérés. Seuls les actifs exonérés de prélèvement en vertu de l'article 6334 de l'Internal Revenue Code [titre 26] ou en vertu de la législation fiscale nationale ou locale applicable ne peuvent être appliqués pour satisfaire ces créances fiscales. Cette règle s'applique aux créances fiscales anticipées contre le débiteur, que les créances soient ou non prioritaires et qu'elles soient libérables ou non libérables. Ainsi, même si un impôt est libératoire sur les biens acquis postérieurement du débiteur, il peut néanmoins être recouvrable sur les biens exonérés détenus par la masse. (Les impôts encourus par la succession du débiteur qui sont recouvrables en tant que dépenses administratives de première priorité ne sont pas recouvrables sur la masse du débiteur qui sont recouvrables en tant que dépenses administratives de première priorité ne sont pas recouvrables sur les actifs exonérés du débiteur.)

La sous-section (d) protège les exemptions du débiteur, qu'elles soient fédérales ou étatiques, en rendant inapplicable dans un cas de faillite une renonciation aux exemptions ou une renonciation aux pouvoirs d'évitement du débiteur en vertu des sous-sections suivantes.

L'alinéa e) protège les exonérations du débiteur, sa libération et donc son nouveau départ en lui permettant d'éviter certains privilèges sur les biens exonérés. Le débiteur peut éviter un privilège judiciaire sur toute propriété dans la mesure où la propriété aurait pu être exonérée en l'absence du privilège, et peut de même éviter une sûreté autre que le prix d'achat sur certains biens ménagers et personnels. Le pouvoir d'évitement est indépendant de toute renonciation aux exonérations.

L'alinéa (f) donne au débiteur la possibilité d'exonérer des biens que le syndic recouvre en vertu de l'un de ses pouvoirs d'évitement si les biens ont été involontairement transférés hors du débiteur (par exemple par la fixation d'un privilège judiciaire) et si le débiteur n'a pas cacher la propriété. Le débiteur est également autorisé à exonérer les biens que le syndic récupère en évitant de fixer certaines sûretés dans la mesure où le débiteur aurait pu autrement exonérer les biens.

L'alinéa g) prévoit que si le syndic n'exerce pas un pouvoir d'évitement pour recouvrer un transfert de biens qui serait exonéré, le débiteur peut l'exercer et exonérer le bien, si le transfert était involontaire et que le débiteur n'a pas caché le bien. Si le débiteur souhaite conserver son droit de poursuivre toute action en vertu de cette disposition, il doit alors intervenir dans toute action intentée par le syndic sur la base de la même cause d'action. Il n'est pas prévu que le débiteur se voit offrir une possibilité supplémentaire d'éviter un transfert ou que le cessionnaire doive défendre deux fois la même action. Au contraire, l'article est principalement conçu pour donner au débiteur les droits que le syndic pourrait avoir, mais n'a pas exercés. Le débiteur n'a pas plus de droits en vertu de cette disposition que le syndic et, par conséquent, les pouvoirs d'évitement du débiteur en vertu des articles 544, 545, 547 et 548 proposés sont assujettis à l'article 546 proposé, tout comme les pouvoirs du syndic.

Ces sous-sections sont cumulatives. Le débiteur n'est pas tenu de choisir celui qu'il utilisera pour obtenir une exonération. Au lieu de cela, il peut en utiliser plus d'un dans un cas particulier, tout comme les pouvoirs d'évitement du syndic sont cumulatifs.

L'alinéa (h) permet le recouvrement par le débiteur des biens transférés par un transfert évité auprès des cessionnaires initiaux ou ultérieurs. Elle permet également de conserver un transfert au profit du débiteur. Dans les deux cas, le débiteur peut exonérer les biens récupérés ou conservés.

La sous-section (i) précise que le débiteur ne peut exonérer des biens en vertu des sous-sections (f) et (h) que dans la mesure où il a exonéré moins de biens que ce qui est autorisé en vertu de la sous-section (b).

Le paragraphe (j) précise que la responsabilité des biens exonérés du débiteur est limitée à la part aliquote du débiteur des frais et dépenses de recouvrement des biens que le syndic recouvre et que le débiteur exonère plus tard, ainsi que tous les frais et dépenses engagés pour éviter un transfert par le débiteur qu'il n'a pas déjà payé.

L'alinéa (k) exige que le débiteur dépose une liste des biens qu'il revendique comme exonérés des biens de la succession. En l'absence d'objection à la liste, le bien est exonéré. Une sous-section (l) fournit la règle pour une affaire conjointe.

La sous-section (a) de cette section définit deux termes : « 22 U.S.C. 1104 [7]
[7] Remplacé par .

—Paiements d'indemnités pour blessures ou décès dus à des risques de guerre, 42 U.S.C. 1717

— Salaires des pêcheurs, des marins et des apprentis, 46 U.S.C. 601 [8]
[8] Remplacé par , 11109.

—Prestations de retraite de la fonction publique, 5 U.S.C. 729, 2265 [9]
[9] Remplacé par .

—Prestations de décès et d'invalidité de la Loi sur l'indemnisation des débardeurs et des travailleurs portuaires, 33 U.S.C. 916

— Prestations aux anciens combattants , 45 U.S.C. 352(E) [11]
[11] Les indemnités de chômage des chemins de fer sont couvertes par .

— Pensions spéciales versées aux lauréats de la Congressional Medal of Honor, 38 U.S.C. 3101 [12]
[12] sont généralement couverts par [maintenant 5301].
et

— La ferme fédérale s'étend sur des dettes contractées avant la délivrance du brevet, 43 U.S.C. 175.

Il peut également exonérer un intérêt sur un bien dans lequel le débiteur avait un intérêt en tant que locataire en totalité ou en colocataire dans la mesure où cet intérêt aurait été exempté de procédure en vertu du droit applicable en matière de non-faillite. Les règles prévoiront la situation dans laquelle le choix d'exemption du débiteur, fédéral ou étatique, était imprévoyant et devrait être modifié, par exemple, lorsque le tribunal a statué contre le débiteur en ce qui concerne une exemption majeure.

En vertu du projet 11 U.S.C. 541, tous les biens du débiteur deviennent la propriété de la succession, mais le débiteur est autorisé à exempter certains biens des biens de la succession en vertu du présent article. Les biens peuvent être exonérés même s'ils font l'objet d'un privilège, mais seule la partie non grevée des biens doit être prise en compte dans le calcul de la sous-section (c) isole les biens exonérés des réclamations préalables, à l'exception des demandes d'impôt et de pension alimentaire, d'entretien ou de pension alimentaire qui sont exemptés de décharge. La libération de la faillite n'empêchera pas l'exécution des privilèges valides. La règle de Long v. Bullard, 117 U.S. 617 (1886) [6 S.Ct. 917, 29 L.Ed. 1004], est acceptée en ce qui concerne l'exécution de privilèges valides sur des biens non exonérés ainsi que sur des biens exonérés. Cf. Louisville Joint Stock Land Bank v. Radford, 295 U.S. 555, 583 (1935) [55 S.Ct. 854].

La sous-section (d) précise les exemptions fédérales auxquelles le débiteur a droit. Ils découlent en grande partie de la Uniform Exemptions Act, promulguée par les Commissioners of Uniform State Laws en août 1976. Onze catégories de biens sont exemptées. Le premier est une propriété familiale jusqu'à concurrence de 10 000 $, qui peut être réclamée dans des biens immobiliers ou personnels que le débiteur ou un article 542 (d). Le paragraphe (9) exempte les aides à la santé prescrites par des professionnels.

Le paragraphe (10) exempte certains avantages qui s'apparentent aux gains futurs du débiteur. Ceux-ci incluent la sécurité sociale, l'indemnisation du chômage ou les prestations d'assistance publique, les prestations d'ancien combattant, les prestations d'invalidité, de maladie ou de chômage, la pension alimentaire, le soutien ou l'entretien séparé (mais uniquement dans la mesure raisonnablement nécessaire pour le soutien du débiteur et tout 11 USC 544 , 545, 547 et 548, sont assujettis à la proposition 11 USC 546, tout comme les pouvoirs du fiduciaire.

Ces sous-sections sont cumulatives. Le débiteur n'est pas tenu de choisir celui qu'il utilisera pour obtenir une exonération. Instead, he may use more than one in any particular instance, just as the trustee’s avoiding powers are cumulative.

Subsection (i) permits recovery by the debtor of property transferred in an avoided transfer from either the initial or subsequent transferees. It also permits preserving a transfer for the benefit of the debtor. Under either case the debtor may exempt the property recovered or preserved.

Subsection (k) makes clear that the debtor’s aliquot share of the costs and expenses [for] recovery of property that the trustee recovers and the debtor later exempts, and any costs and expenses of avoiding a transfer by the debtor that the debtor has not already paid.

Subsection (l) requires the debtor to file a list of property that he claims as exempt from property of the estate. Absent an objection to the list, the property is exempted. A Subsection (m) requires the clerk of the bankruptcy court to give notice of any exemptions claimed under subsection (l), in order that parties in interest may have an opportunity to object to the claim.

Subsection (n) provides the rule for a joint case: each debtor is entitled to the Federal exemptions provided under this section or to the State exemptions, whichever the debtor chooses.

The Federal Rules of Bankruptcy Procedure, referred to in subsec. (b)(1), are set out in the Appendix to this title.

The Internal Revenue Code of 1986, referred to in subsecs. (b)(3)(C), (4), (d)(10)(E)(iii), (12), and (n), is classified generally to Title 26, Internal Revenue Code.

Sections 3(a)(47), 12, and 15(d) of the Securities Exchange Act of 1934, referred to in subsec. (q)(1)(B)(i), (ii), are classified to sections 78c(a)(47), 78l, and 78o(d), respectively, of Title 15, Commerce and Trade.

Section 6 of the Securities Exchange Act of 1933, referred to in subsec. (q)(1)(B)(ii), is classified to section 77f of Title 15, Commerce and Trade.

2010—Subsec. (b)(3)(A). Pub. L. 111–327, § 2(a)(17)(A), substituted “petition to the place” for “petition at the place” and “located in a single State” for “located at a single State”.

Sous-sec. (c)(1). Pub. L. 111–327, § 2(a)(17)(B), substituted “such paragraph” for “section 523(a)(5)”.

2005—Subsec. (b). Pub. L. 109–8, § 224(a)(1)(B)–(F), designated introductory provisions of subsec. (b) as par. (1), substituted “paragraph (3)” for “paragraph (2)” in two places and “paragraph (2)” for “paragraph (1)” wherever appearing, struck out “Such property is—” after “case is filed.”, and struck out former par. (1) which read: “property that is specified under subsection (d) of this section, unless the State law that is applicable to the debtor under paragraph (2)(A) of this subsection specifically does not so authorize or, in the alternative,”.

Sous-sec. (b)(2). Pub. L. 109–8, § 224(a)(1)(B), added par. (2). Former par. (2) redesignated (3).

Sous-sec. (b)(3). Pub. L. 109–8, § 307(2), inserted “If the effect of the domiciliary requirement under subparagraph (A) is to render the debtor ineligible for any exemption, the debtor may elect to exempt property that is specified under subsection (d).” at end.

Pub. L. 109–8, § 224(a)(1)(A)(iv), redesignated par. (2) as (3) and inserted introductory provisions.

Sous-sec. (b)(3)(A). Pub. L. 109–8, § 308(1), inserted “subject to subsections (o) and (p),” before “any property”.

Pub. L. 109–8, § 307(1), substituted “730 days” for “180 days” and “or if the debtor’s domicile has not been located at a single State for such 730-day period, the place in which the debtor’s domicile was located for 180 days immediately preceding the 730-day period or for a longer portion of such 180-day period than in any other place” for “, or for a longer portion of such 180-day period than in any other place”.

Sous-sec. (c)(1). Pub. L. 109–8, § 216(1), added par. (1) and struck out former par. (1) which read as follows: “a debt of a kind specified in section 523(a)(1) or 523(a)(5) of this title”.

Sous-sec. (ré). Pub. L. 109–8, § 224(a)(2)(A), substituted “subsection (b)(2)” for “subsection (b)(1)” in introductory provisions.

Sous-sec. (f)(1)(A). Pub. L. 109–8, § 216(2), substituted “a debt of a kind that is specified in section 523(a)(5) or” for “a debt—

“(i) to a spouse, former spouse, or child of the debtor, for alimony to, maintenance for, or support of such spouse or child, in connection with a separation agreement, divorce decree or other order of a court of record, determination made in accordance with State or territorial law by a governmental unit, or property settlement agreement and

“(ii) to the extent that such debt—

“(I) is not assigned to another entity, voluntarily, by operation of law, or otherwise and

“(II) includes a liability designated as alimony, maintenance, or support, unless such liability is actually in the nature of alimony, maintenance or support. or”.

Sous-sec. (g)(2). Pub. L. 109–8, § 216(3), substituted “subsection (f)(1)(B)” for “subsection (f)(2)”.

Subsecs. (p), (q). Pub. L. 109–8, § 322(a), added subsecs. (p) and (q).

2000—Subsec. (c)(4). Pub. L. 106–420 added par. (4).

1994—Subsec. (b). Pub. L. 103–394, § 501(d)(12)(A), substituted “Federal Rules of Bankruptcy Procedure” for “Bankruptcy Rules”.

Sous-sec. (d)(1) to (6). Pub. L. 103–394, § 108(d)(1)–(6), substituted “$15,000” for “$7,500” in par. (1), “$2,400” for “$1,200” in par. (2), “$400” and “$8,000” for “$200” and “$4,000”, respectively, in par. (3), “$1,000” for “$500” in par. (4), “$800” and “$7,500” for “$400” and “$3,750”, respectively, in par. (5), and “$1,500” for “$750” in par. (6).

Sous-sec. (f)(1). Pub. L. 103–394, §§ 303(3), 310(1), designated existing provisions as par. (1) and inserted “but subject to paragraph (3)” after “waiver of exemptions” in introductory provisions. Former par. (1) redesignated subpar. (A) of par. (1).

Sous-sec. (f)(1)(A). Pub. L. 103–394, §§ 303(2), 304(d), redesignated par. (1) as subpar. (A) of par. (1) and inserted “, other than a judicial lien that secures a debt—

“(i) to a spouse, former spouse, or child of the debtor, for alimony to, maintenance for, or support of such spouse or child, in connection with a separation agreement, divorce decree or other order of a court of record, determination made in accordance with State or territorial law by a governmental unit, or property settlement agreement and

“(ii) to the extent that such debt—

“(I) is not assigned to another entity, voluntarily, by operation of law, or otherwise and

“(II) includes a liability designated as alimony, maintenance, or support, unless such liability is actually in the nature of alimony, maintenance or support.”

Sous-sec. (f)(1)(B). Pub. L. 103–394, § 303(1), redesignated par. (2) as subpar. (B) of par. (1) and subpars. (A) to (C) of par. (2) as cls. (i) to (iii), respectively, of subpar. (B) of par. (1).

Sous-sec. (f)(2). Pub. L. 103–394, § 303(4), added par. (2). Former par. (2) redesignated subpar. (B) of par. (1).

1990—Paragraphe. (c)(3). Pub. L. 101–647 added par. (3).

1986—Paragraphe. (h)(1). Pub. L. 99–554, § 283(i)(1), substituted “553 of this title” for “553 of this tittle”.

Sous-sec. (i)(2). Pub. L. 99–554, § 283(i)(2), substituted “this” for “his” after “subsection (g) of”.

1984—Subsec. (a)(2). Pub. L. 98–353, § 453(a), inserted “or, with respect to property that becomes property of an estate after such date, as of the date such property becomes property of the estate”.

Sous-sec. (b). Pub. L. 98–353, § 306(a), inserted provision that in joint cases filed under section 302 of this title and individual cases filed under section 301 or 303 of this title by or against debtors who are husband and wife, and whose estates are ordered to be jointly administered under Rule 1015(b) of the Bankruptcy Rules, one debtor may not elect to exempt property listed in paragraph (1) and the other debtor elect to exempt property listed in paragraph (2) of this subsection, but that if the parties cannot agree on the alternative to be elected, they shall be deemed to elect paragraph (1), where such election is permitted under the law of the jurisdiction where the case is filed.

Sous-sec. (c). Pub. L. 98–353, § 453(b), amended subsec. (c) en général. Prior to amendment, subsec. (c) read as follows: “Unless the case is dismissed, property exempted under this section is not liable during or after the case for any debt of the debtor that arose, or that is determined under section 502 of this title as if such claim had arisen before the commencement of the case, except—

“(1) a debt of a kind specified in section 523(a)(1) or section 523(a)(5) of this title or

“(A) not avoided under section 544, 545, 547, 548, 549, or 724(a) of this title

“(C)(i) a tax lien, notice of which is properly filed and

Sous-sec. (d)(3). Pub. L. 98–353, § 306(b), inserted “or $4,000 in aggregatePub. L. 98–353, § 306(c), amended par. (5) generally. Prior to amendment, par. (5) read as follows: “The debtor’s aggregate interest, not to exceed inPub. L. 98–353, § 453(c), substituted “an exemption” for “exemptions”.

Sous-sec. (m). Pub. L. 98–353, § 306(d), substituted “Subject to the limitation in subsection (b), this section shall apply separately with respect to each debtor in a joint case” for “This section shall apply separately with respect to each debtor in a joint case”.

Amendement par Pub. L. 109–8 effective 180 days after Apr. 20, 2005 , with amendments by sections 216, 224(a), (e)(1), 307, and 313(a) of Pub. L. 109–8 not applicable with respect to cases commenced under this title before such effective date, except as otherwise provided, and amendments by sections 308 and 322(a) of Pub. L. 109–8 applicable with respect to cases commenced under this title on or after Apr. 20, 2005 , see section 1501 of Pub. L. 109–8, set out as a note under section 101 of this title.

Amendement par Pub. L. 103–394 effective Oct. 22, 1994 , and not applicable with respect to cases commenced under this title before Oct. 22, 1994 , see section 702 of Pub. L. 103–394, set out as a note under section 101 of this title.

Amendement par Pub. L. 99–554 effective 30 days after Oct. 27, 1986 , see section 302(a) of Pub. L. 99–554, set out as a note under section 581 of Title 28, Judiciary and Judicial Procedure.

Amendement par Pub. L. 98–353 effective with respect to cases filed 90 days after July 10, 1984 , see section 552(a) of Pub. L. 98–353, set out as a note under section 101 of this title.

The dollar amounts specified in this section were adjusted by notices of the Judicial Conference of the United States pursuant to section 104 of this title as follows:


Destructeurs


The Clemson class destroyer USS Bainbridge (DD 246) of the US Navy.

The destroyer was the most capable and most feared escort vessel the allies possessed early in the war. It was larger and more heavily armed than the destroyer escort and considerably faster. They were also of shallow draught, making it difficult to torpedo them.

The most interesting variant of those were the flush-deckers (or "four-pipers") of WWI vintage that got pulled out of mothballs and 50 of them were sold very expensively to the Royal Navy in 1940. They were ill suited to hunt U-boats due to their age and lack of modern equipment, yet they served all over the North Atlantic.

All Destroyer classes (in service with the US Navy).

ClasserCommandé
Caldwell (4)1917 - 1918
Sampson (1)1917 - 1917
Wickes (79)1918 - 1920
Clemson (88)1919 - 1922
Farragut (8)1934 - 1935
Mahan (18)1936 - 1937
Porter (8)1936 - 1937
Bagley (8)1937 - 1937
Somers (5)1937 - 1939
Gridley (4)1937 - 1938
Sims (12)1939 - 1940
Benham (10)1939 - 1939
Benson / Gleaves (24)1940 - 1941
Bristol (72)1941 - 1943
Fletcher (175)1942 - 1945
Allen M. Sumner (70)1943 - 1946
Gearing (98)1944 - 1952

Please note that we list the classes by navies that initiated/owned the class. Often vessels of certain classes were then built for other nations (or lent), those ships are not visible here but only through the navies pages or by looking into each class.


Biographical / Historical

Henry Winters Luce (HWL) was born on September 24, 1868, son of Van Rensselaer William and Adelia (Tedrick) Luce. He received a B.A. from Yale in 1892. Luce gave up his original plan for a career in law and enrolled in Union Theological Seminary in New York City in order to train for the parish ministry. There he came under the influence of the Student Volunteer Movement and decided to offer himself as a missionary to China. In 1894 he interrupted his theological education for a year of service as one of three traveling agents of the Student Volunteer Movement, visiting colleges in the South and Southwest while two fellow Yale alumni and Union classmates--Sherwood Eddy, who had volunteered for India, and Horace T. Pitkin, another China volunteer--toured the East and Midwest. At the conclusion of this mission Luce transferred to Princeton Theological Seminary with his friend Eddy for the final year of ministerial training and was granted the B.D. degree in 1896. He married Elizabeth Middleton Root in 1896, and in 1897 they went to China under the Presbyterian Foreign Mission Board, sponsored by the Lackawanna Presbytery in Scranton, PA. Luce occupied various key roles in the management and establishment of Shantung Christian University (ca. 1897-1917), Peking University (ca. 1921-1925, later known as Yenching University), and the China Christian Educational Association. He corresponded with hundreds of people in regards to support, cooperation, and fundraising for university buildings and programs, and for relief programs in China. Following his return from China, Luce served as Professor in the Chinese Department at Kennedy School of Missions, Hartford, Connecticut.

All of the Luces' children were born in China. They were: Henry Robinson Luce (1898-1967), Emmavail Luce (Severinghaus) (1899-1985), Elisabeth Middleton Luce (Moore) (1903-2002), and Sheldon Root Luce (1911-1985). Henry Robinson Luce (HRL), was founder and editor of TIME, Fortune, LIFE, and Sports Illustrated magazines.

Henry Winters Luce had a close relationship with his children, often offering advice to them, especially his sons. For example, he prepared a long list of reading material (The Koran, The World's Living Religions, A Short History of China, etc.) for Sheldon's 6-week passage from Genoa to the U.S., even suggesting specific reading materials for specific points on the journey.

A perpetual student, Luce studied Chinese in the early years, apparently taking even a course in Physics as part of his language study. He was an avid reader throughout his life. In his letters, he sometimes wrote in Chinese characters, "E loo ping-ahn" (all the way, peace), to speed a parting guest. Luce lived simply, "like a ‘Quaker', with rigor and a strong sense of purpose. He died at age 73 on December 8, 1941. His wife Elizabeth died in 1948.


Elisabeth Luce Moore papers

Elisabeth Luce was born in China to Presbyterian Board missionaries, April 4, 1903. She graduated from Wellesley College in 1924, where she later served on the Board of Trustees. She married Maurice T. Moore in 1926 they had two sons, Thompson and Michael.

She is the sister of Henry R. Luce, founder of Time Magazine , and early in her career she worked as editor and writer for his periodicals. She was also active in volunteer social work, working with such agencies as the New York Junior League and the National and International YWCA, serving as chair of the YWCA's foreign division in 1944. She was chair of the Nation Council of the USO during World War II, and she served on the advisory committee of the Economic Cooperation Administration, which administered the Marshall Plan. She was a delegate to the International Conference of Women in 1951. Luce Moore served as board chair of the Institute of International Education, which administers such exchange programs as the Fulbright Scholar Program. She has also served as vice-president of United Services to China, and as trustee of the China Institute of America, the Asia Foundation, and the United Board for Christian Higher Education. In 1968 she was appointed by Governor Nelson Rockefeller as chair of the Board of Trustees of the State University of New York, the first woman to hold that job.

She holds honorary degrees from Columbia University, Duke University, Princeton University, Trinity University, the State University of New York, Claremont Graduate Center, Wellesley College, Hamilton College, Adelphi College, Western College, and Silliman University in the Philippines. She has also received numerous awards for her work, among them the Elisabeth Blackwell Medal from Hobart and William Smith Colleges, the National Institute of Social Sciences Medal, the Readers' Digest Award, and the Order of the Brilliant Star from the People's Republic of China. Elisabeth Luce Moore died on February 9, 2002.


Proposed by California congressman Thomas J. Geary, The Geary Act went into effect on May 5, 1892. It reinforced and extended the Chinese Exclusion Act’s ban on Chinese immigration for an additional ten years. It also required Chinese residents in the U.S. to carry special documentation�rtificates of residence𠅏rom the Internal Revenue Service. Immigrants who were caught not carrying the certificates were sentenced to hard labor and deportation, and bail was only an option if the accused were vouched for by a 𠇌redible white witness.”

Chinese Americans were finally allowed to testify in court after the 1882 trial of laborer Yee Shun, though it would take decades for the immigration ban to be lifted.


History of Changes to ARMIS Reporting Requirements 2000-2014

The USTelecom Forbearance Long Order (released May 17, 2013) granted conditional forbearance from the ARMIS Report 43-01 filing requirement to all eligible price cap carriers. This forbearance is conditioned on a carrier receiving Commission approval of a compliance plan as outlined in the AT&T Cost Assignment Forbearance Order and on continued annual public filing of pole attachment data, without assertions of confidentiality, which the carrier had previously been reporting in ARMIS Report 43-01, Table III. A carrier subject to the ARMIS Report 43-01 filing requirement that has not met the conditions for forbearance is expected to file the full ARMIS Report 43-01, Tables I, II, and III.

The ARMIS Procedures Order (released September 24, 2014) and ARMIS Transition Date Public Notice (released December 17, 2014) resulted in the following revisions to ARMIS data filed for reporting year 2014 and subsequent years:

  • Effective January 1, 2015, the Electronic ARMIS Filing System (EAFS) will no longer be available for electronic submissions to the Commission. All ARMIS filings, including resubmissions, must be filed using the Commission’s Electronic Comment Filing System (ECFS) in CC Docket No. 86-182. Data filed after January 1, 2015 will only be available for viewing or downloading via ECFS.
  • Effective January 1, 2015, carriers that are required to file pole attachment data, including those that had previously been filing this data in ECFS in WC Docket No. 07-204, must, going forward, file their pole attachment data in ECFS in CC Docket No. 86-182.
  • Effective January 1, 2015, carriers must submit all ARMIS reports and pole attachment data in a machine-searchable, reader-friendly file format and include, in a single ECFS filing, all reports that are required for the carrier’s annual filing.
  • A transmittal letter and a certification statement signed by a corporate officer must still accompany each report, including filings of pole attachment data. The transmittal letter must reference CC Docket No. 86-182.
  • Mid-size carriers, as defined in section 32.9000, must continue to submit the certification required by section 64.905 of the Commission’s rules. This certification must be submitted as part of the carrier’s annual ARMIS filing in ECFS.

Reporting Year 2010

The ARMIS Forbearance Order granted conditional forbearance from carrier obligations to file ARMIS Reports 43-05 and 43-06, provided that the carrier committed to file the data voluntarily for 24 months after September 6, 2008. The 24 months ended on September 6, 2010, and carriers were no longer required to file Reports 43-05 and 43-06 for reporting year 2010 and subsequent years.

Reporting Year 2008

The AT&T Cost Assignment Forbearance Order (released April 24, 2008), the ARMIS Forbearance Order (released September 6, 2008), and the ARMIS Financial Reporting Forbearance Order (released December 12, 2008) resulted in the following changes to ARMIS data filed for reporting year 2008:

  • Reports 43-04, 495A, 495B: In the AT&T Cost Assignment Forbearance Order, the Commission relieved AT&T from filing ARMIS Reports 43-04, 495A, and 495B, subject to Wireline Competition Bureau approval of a compliance plan submitted by AT&T. In the ARMIS Forbearance Order, the Commission extended the same relief to Verizon and Qwest, subject to Bureau approval of compliance plans submitted by these companies. Subsequently, on December 31, 2008, the Bureau approved compliance plans submitted by AT&T, Verizon, and Qwest.
  • Reports 43-05, 43-06: In the ARMIS Forbearance Order, the Commission decided to forbear from the rules requiring that carriers file ARMIS Reports 43-05 and 43-06, provided that the carriers committed to file the data voluntarily for 24 months after September 6, 2008.
  • Reports 43-07, 43-08: In the ARMIS Forbearance Order, the Commission granted conditional forbearance from filing ARMIS Report 43-07 in its entirety, and from filing certain parts of ARMIS Report 43-08 for those carriers that committed to collecting and retaining those data for 24 months after September 6, 2008. Filers were still required to file ARMIS Report 43-08 Table III, columns (fc), (fd), (fe), and (fi).
  • Reports 43-01, 43-02, 43-03: In the ARMIS Financial Reporting Forbearance Order, the Commission granted conditional forbearance from the ARMIS financial reporting requirements, to AT&T, Qwest, and Verizon. The Commission conditioned forebearance on these carrers obtaining Commission approval of compliance plans, as outlined by the AT&T Cost Assignment Forbearance Order and the ARMIS Forbearance Order, and on their continued annual public filing of pole attachment data, without assertions of confidentiality, which these carriers had been reporting in ARMIS Report 43-01, Table III, annually in WC Docket No. 07-204. The Commission ruled further that these companies are not required to file pole attachment data for study areas in those states that certify to the Commission that they regulate pole attachments. Forbearance from ARMIS Report 43-01 requirements was not extended to any other ILEC.

Reporting Year 2007

The Section 272 Sunset Order (released August 31, 2007) required AT&T, Qwest, and Verizon to include the imputation charges they debit to account 32.5280 in their ARMIS filings, accompanied by an explanatory footnote for each line item identifying the amount imputed. These data values with explanatory footnotes were provided in Report 43-01, Table 1, row 1045, columns (b) and (c) FCC Report 43-02, Table I-1, row 5280, column (b) and FCC Report 43-03, Table I, row 5280, columns (b), (d), and (j).

Reporting Year 2005

The Annual ARMIS Order (released December 8, 2005) resulted in the following changes:

  • Report 43-01: Removed, in Table I (Cost and Revenue), Row 1970, Common Line Support - Long Term. In Table II (Demand Analysis), instructions for Row 2090 are clarified, by removing the reference to mobile telephone/pagers.
  • Report 43-03: Added two new rows and associated instructions in order to add wholesale and retail percentages for account 6623.
  • Report 43-05: Made several minor clarifying changes within the forms and instructions for this report to update the forms for Table III (Common Trunk Blockage) and Table V (Service Quality Complaints), and added clarifying language to the instructions for Table IV (Total Switch Downtime), Column (an) - Total Number of Switches.
  • Report 43-07: Made several minor clarifying changes within the forms and instructions for this report: within Table I (Switching Equipment), minor changes to row titles for Rows 0113, and 0114. Clarified General Instructions for this table, and modified the instructions for Rows 0110, 0111, 0113, and 0114 in order to clarify switching equipment nomenclature.
  • Report 43-08: Made several minor clarifying changes within the forms and instructions for this report: within Table II (Switched Access Lines in Service), minor change to the column title for Column (ck). Modified the instructions for Central Office Switches and for Columns (ck) and (cl), in order to clarify the types of central office and remote switches that are to be reported. In Table III (Access Lines in Service by Customer), the table’s format is modified, the column titles of Columns (fd) and (fe) are changed, and the instructions for these columns and for Column (fc) are modified. This was done to clarify that Payphone Lines are a subset of Multiline Business Switched Access Lines corrected formulas in Columns (fc) and (fd).

Reporting Year 2004

The 2004 ARMIS Annual ARMIS Order (released December 8, 2004) resulted in the following changes in order to comply with requirements set forth in the notice Office of Management and Budget - Standards for Defining Metropolitan and Micropolitan Statistical Areas, 65 Fed. Rég. 82228 (2000) and in Report and Order in CC Docket No. 98-117, Fifth Memorandum Opinion and Order in AAD File No. 98-43, 14 FCC Rcd 11443 (1999):

  • Report 43-01: modified the instructions for Row 1970, in Table I, Cost and Revenue, to reflect time periods and multiplicative factors to be applied to 2004 data.
  • Report 43-02: modified the General Instructions for Table C-5, Important Changes During the Year, to require that carriers file Annual SEC 10K Reports with the Commission electronically, rather than by paper copy.
  • Report 43-04: clarified instructions for Rows 1216 and 3090.
  • Report 43-05: made several minor clarifying changes to this report, in Table II, Installation and Repair Intervals (Local Service), Row 0140, and Table III, Common Trunk Blockage, Row 0180. Also modified the instructions for Table II, Column (ad) and Table IV, Total Switch Downtime, Row 0200, to incorporate the new definitions for Metropolitan Statistical Areas.
  • Report 43-07: made several minor clarifying changes to this report, and modify the instructions for Table I, Switching Equipment, Column (b), to incorporate the new definitions for Metropolitan Statistical Areas. Also, to insure consistency in calculations between this report and FCC Report 43-08, the Operating Data Report, directed filers to report the quantities of facilities in Table II, Rows 0320, 0321, 0322, and 0323 in whole numbers.

Reporting Year 2003

The 2003 ARMIS Annual ARMIS Order (released December 17, 2003) resulted in the following changes to reflect requirements set forth in the Phase 2 Report and Order (released November 5, 2001) and its Errata (released January 18, 2002) the Phase 2 Reconsideration Order (released March 8, 2002) the Accounting Suspension Order (released November 12, 2002) and the Accounting Suspension Order Extension (released June 24, 2003):

  • Report 43-01, Table I - Cost and Revenue: added and eliminated rows associated with certain Class A Account Level Reporting. Removed Rows 1050, 1340, 1350, 1360, 1870, and 1881, and added Row 1365, Nonoperating Income and Expenses, and Row 1865, Other Long-term Liabilities and Deferred Credits. Modified Class B Account Level Reporting by removing Rows 1870 and 1871, and by adding Row 1365, Non-operating Income and Expenses, and Row 1865, Other Long-term Liabilities and Deferred Credits.
  • Report 43-01, Table III, Pole and Conduit Rental Calculation Information: the instructions for Row 503, General & Administrative Expense were revised.
  • Report 43-02, Table B-1:
    • Eliminated the following rows associated with certain Class A Accounts: Rows 1130 - 1160, 1180 - 1210, 1290 - 1330, 1401, 1402, 1407, 1408, 1437, 1439, 2215, 2215.1, 2215.2, 2215.3, 2231.1, 2231.2, 2425, 3400, 3420, 3500, 3600, 4010, 4020, 4030, 4050, 4060, 4120, 4210 - 4270, 4310, and 4360.
    • Row titles for Rows 1438, 2211, 2341, 2424 were changed and the following new rows were added: Row 1170, Receivables, Row 1171, Allowance for doubtful accounts, Row 2212.1, Circuit switching, Row 2212.2, Packet switching, Row 2232.1, Electronic circuit, Row 2232.2, Optical circuit, Row 2690.1, Network software, Row 2690.2, General purpose computer software, Row 4000, Current accounts and notes payable, and Row 4300, Other long-term liabilities and deferred credits.
    • Row 420 was changed to Row 4200, Long-term debt and funded debt.
    • Deleted Rows 0301 through 0330, 0401 through 0430, 0440, 0450, and 0460
    • Deleted Columns (aa) through (ao)
    • Modified the column section titles of existing Account 1401/1402, Account 1160, and Account 1180
    • Added a new Column (q), Total, as a clarification
    • Maked row and column instructions changes to reflect the table deletions and clarification.
    • Deleted Rows 0190, 0230, 0240, 0250, 0260, 0300, 0310 and 0440, by changing titles of Rows 0180, 0220, 0290, and 0430, and by adding Row 0235, Digital electronic switching - circuit, Row 0237, Digital electronic switching - packet, Row 0305, Circuit equipment - electronic, and Row 0307, Circuit equipment - optical.
    • Modified all instructions affected by the Class A Account changes.
    • Revised the instructions for Rows 0270 and 0320, and for Column (f).
    • Deleted Rows 5002 - 5004, 5050, 5069, 5084, 5100 - 5169, 5200, 5240 - 5270, 5301, 5302, 6215, 6425, 6612, 6710, 6711, 6712, 6721 - 6728, 7110 - 7160, 7310 - 7370, 7410 - 7450, 7510 - 7540, and 7610 - 7640, and by
    • Changed row titles for Rows 5060, 6110, 6120, 6210, 6211, 6212, 6220, 6230, 6310, 6341, 6410, 6424, 650, 6510, 6530, 6540, 690, 6610, 6611, 700, 6790, 7200, 790, 615, 625, 635, 6121 - 6124, 6211, 6212, 6231, 6232, 6311 - 6362, 6411 - 6441, 6511, 665, 6531 - 6533, 675, 685, 6561 - 6565, 6611, 6613, and 6621 - 6623.
    • Added Row 6212.1, Circuit switching expense, Row 6212.2, Packet switching expense, Row 6232.1, Electronic circuit expense, and Row 6232.2, Optical circuit expense
    • Added Row 526, Miscellaneous revenue, and Row 527, Total Miscellaneous Revenues, and changes Row 510 to Row 5001, Basic area revenue, Row 525 to Row 5100, Long distance message revenue, and Row 5080 to Row 522, Network Access Services Revenues. For new Class A subaccounts that have been added to this table, instructions are added for Row 6212, Digital Electronic Switching, and Row 6232, Circuit Equipment. All instructions affected by Class A Account changes are modified accordingly. Order
    • Revised the instructions for Rows 520, 5080, 530, 6210, 710, and made clarifying changes to the instructions for Row 790.
    • Modified Table I, Regulated/Nonregulated Data, by removing Rows 5002 - 5004, 5050, 5069, 5084, 5100 - 5169, 5200, 5240 - 5270, 5301, 5302, 6215, 6425, 6612, 6710, 6711, 6712, 6721 - 6728, 7110 - 7160, 7310 - 7370, 7510 - 7540, 7610 - 7640,1439, 2215, 2425, 3400, 3420, 3500, 3600, 4120, 4310, and 4360.
    • Added Row 4300, Other long-term liabilities and deferred credits, Row 526, Miscellaneous revenue, and Row 527, Total Miscellaneous Revenues
    • Changed titles of numerous rows in this table
    • Row replacements: Row 510 to Row 5001, Basic area revenue Row 525 to Row 5100, Long distance message revenue, and Row 5080 to Row 522, Network access services revenues
    • Made additional changes of a clarifying nature to a number of section titles, and removes the “N/A” from Column (m), Subject to Separations, Row 3410.
    • Revised the instructions for Rows 520, 530, 6210, 720, 2210, 370, and 495, clarified the instructions for Column (m), and changed the definitions of Columns (c), (d), (e), and (f).
    • Modified Table I, Separations and Access Data, by removing Rows 4013, 3220, 3230, 3240, 3250, 3260, and 3270
    • Updated the Allocation Reference Table and removed the “N/A” from the data fields for Column (c), State, Rows 4010, 4011, and 4012
    • Required that data fields for Row 7330, Corporate Operations Expense - EAS - Directly Assigned Exchange, Columns (i) through (o) be populated with “N/A.”
    • Modified the instructions for Rows 4010, 4011, 4012, 4014, and 3430, revised Item 3 in the report’s General Instructions, and clarified instructions for Row 6230.
    • Table IV - Total Switch Downtime, changed column instructions for the definition of “Switch Downtime”
    • Table IV-A - Occurrences of Two Minutes or more Duration Downtime, General Instructions, changed the definition of switch downtime to require complete loss of all call processing capability
    • Table IV-A, Column (t), Cause, revised to clarify that the definition in item 01 includes hardware changes as well as software and firmware changes.
    • Modified Table I, Switching Equipment, by changing Rows 0150 and 0160 to reflect the renaming of “analog” switches and lines to “non-digital” switches and lines.
    • Made clarifying changes to Table II - Transmission Facilities, by modifying language in several of the row instructions. A number of changes are made to
    • Improved consistency in grammatical usage among the instructions and refined the terminology used in describing the data this table is designed to capture
    • Modified the section instructions entitled Loop Plant - Central Office Terminations and the instructions for Rows 0370 - 0470.

    Reporting Year 2002

    The 2002 Annual ARMIS Order (released December 19, 2002) resulted in the following changes to reflect requirements set forth in the ARMIS Review Order (released June 30, 1999), the Phase 2 Report and Order (released November 5, 2001) and its Erratum (released January 18, 2002), the Phase 2 Reconsideration Order (released March 8, 2002), and the Accounting Suspension Order (released November 12, 2002):

    • Beginning April 1, 2003, ARMIS data had to be filed electronically.
    • Report 43-01:
      • Table I: incorporated the requirement for mid-sized incumbent LECs to file annual Part 64 certification letters, signed under oath by an officer of the company modify Table I - Cost and Revenue, by removing Column (e), All Other Adjustments revised the title of Column (d) to Adjustments to include all adjustments
      • Table II, Demand Analysis: removed Common Line Minutes of Use collected in Rows 2010, 2020, 2030, and 2040, and revised the general instructions to reflect the removal of these rows
      • Added Table III, Pole and Conduit Rental Calculation Information
      • Report no longer required to be filed by mid-sized carriers. Thus, all references to Class B level reporting in the instructions and any related tables were removed
      • Modifed Table I - Regulated/Nonregulated Data, by removing Column (l), Other Adjustments
      • Revised the title of Column (k) to Adjustments and included all adjustments
      • Table I, Switching Equipment: removed Rows 0130, 0131, 0132, 0133, 0134, 0135, 0140, 0141, 0151, 0152, 0153, 0154, 0155, 0161, 0171, 0172, 0173, 0174, 0175, 0181, 0190, 0191, 0200, 0201, 0210, 0211, 0220, 0221, 0231, 0232, 0233, 0234, 0235, 0236, 0237, 0241, 0246, 0247, 0251, 0256, 0257, 0271, 0281, 0291, and 0301
      • Table I: modified the instructions for the following: Row 0110, Total Switches Row 0111, Local Switches Row 0112, Tandems Row 0120, Total Number Access Lines In Service Row 0150, Total ASPC Switches Row 0170, Total DSPC Switches and the paragraph entitled “Type of Switch.”
      • Table I: renamed Rows 0230, 0240, and 0250, modified their instructions to remove distinctions between the reporting of switches with SS7-317 and SS7-394 capability, and made related revisions to the general instructions.
      • Table II: removed Rows 0331, 0332, 0333, 0350, 0351, 0352, 0360, 0361, 0362, and 0363 added four new rows to assess the penetration of fiber in the local loop and gauge the development of broadband infrastructure: Row 0485, Hybrid Fiber/Metallic Loop Interface Locations Row 0486 Switched Access Lines Served from Interface Locations Row 0487, Total xDSL Terminated at Customer Premises and Row 0488, xDSL Terminated at Customer Premises via Hybrid Fiber/Metallic Interface Locations.
      • Removed Table III, ILEC Call Set-Up Time and Table IV, Additions and Book Costs.
      • Table I.A, Outside Plant Statistics - Cable and Wire Facilities, removed Columns (j), (k), (l), and (m), all associated with Submarine and Deep Sea Cable, and revised Columns (p) and (q) to reflect this action.
      • Table I.B, Outside Plant Statistics - Other, removed Column (be), Terrestrial Kilometers of One-Way Satellite Radio Channel, and Columns (bj) and (bm), which collect loop and interoffice video facilities data. Removed references to video circuits in the instructions entitled “Total Equipped Local Loop Circuit Kilometers,” and “Total Equipped Interoffice Circuit Kilometers (Cable and Microwave Systems).” Removed the distinction between analog and digital lines by deleting Columns (cf), (cg), and (ch), which collected digital data, and revised the instructions for Columns (cc), (cd), and (ce) to reflect the deletion of the digital columns.
      • Table III, Access Lines in Service by Customer: removed Columns (de), (dg), (dh), and (di), and added Columns (ff), Residential Switched Access Lines / Lifeline, (fg), Residential Switched Access Lines / Non-Lifeline / Primary, (fh), Residential Switched Access Lines / Non-Lifeline / Non-Primary, and (fm), Local Private Lines restructure Columns (da), (db), (dc), (dd), (df), (dj), (dk), (dl), and (dm), which were relocated, respectively, to Columns (fa), (fb), (fc), (fd), (fe), (fi), (fj), (fk), and (fl). Columns (fc) and (fd) were modified to remove references to analog technology.

      Reporting Year 2001

      On April 1, 2002, the following changes were made as a result of the 2001 ARMIS Order (released December 10, 2001) and the Phase 2 Order on Reconsideration (released March 8, 2002):


      Voir la vidéo: Les Rendez-vous de lhistoire 2018